J'ai fumé ma première cigarette à douze ans, pour arriver à un paquet et demi à vingt-trois ans. J'avais le sentiment qu'arrêter de fumer serait vraiment au-delà de mes capacités. Et puis j'ai juré à mon jeune beau-frère d'arrêter. J'ai signé un contrat avec lui. Je n'ai pas fumé depuis six mois (à part une taffe mais une seule, de colère...) et je suis très fière de moi. J'ai arrêté avec des patchs. J'ai dû prendre des anxiolytiques et un antidépresseur durant un mois. Et puis, moi qui me surmédicalisait depuis longtemps, j'en ai eu marre. J'ai arrêté tout médicament, toute aide extérieure. J'ai affronté mes colères (monstrueuses !), mes angoisses et toutes mes émotions : j'ai appris à vivre avec.

http://www.blackhealthzone.com/wp-content/uploads/2010/12/smoke-black-girl.jpgDepuis que je ne fume plus, je suis beaucoup plus douce avec moi-même. J'arrive enfin à prendre du temps pour lire, prendre soin de moi. Je ne travaille plus quinze heures par jour et j'ai quand même eu une excellente moyenne à mes partiels. J'écoute beaucoup plus mes besoins et je dois apprendre à les faire respecter. Je suis un peu moins gentille et serviable qu'avant (mais personne n'a cessé de m'aimer). Bref, j'ai acquis une plus grande confiance en moi parce que j'ai réussi. Maintenant je respecte mon corps, je ne me détruis plus. Ça m'a donné une irrésistible envie de transmettre la vie, puisque j'ai un corps "propre".

Enfin, je redoutais de grossir et effectivement, j'ai pris six kilos parce que je n'ai même pas essayé de faire attention. A ma grande surprise, j'ai cessé d'avoir des complexes, j'ai commencé à trouver mon corps beau, aimable et féminin. J'ai cessé d'avoir dix-sept ans dans ma tête. J'ai passé des années à me priver et à fumer plus pour manger moins, pour rester à quarante-sept kilos… Tout cela pour me rendre compte que je suis beaucoup plus à l'aise avec mes six kilos supplémentaires !

Arrêter de fumer, c'est magique. C'est une grande aventure où l'on se découvre chaque jour un peu plus. Alors à ceux qui fument, je vous invite à arrêter : vous avez tout à y gagner !

 

Source: Psychologies.

Retour à l'accueil