La présidente du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, a marqué son soutien aux femmes engagées dans la lutte contre les violences électorales au Sénégal et invité les Sénégalais à "parler par les urnes", au lieu de le faire "par les explosifs".


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/b/b1/Ellen_Johnson-Sirleaf_detail_071024-D-9880W-033.jpg"Sans la paix, vous n'avez rien. Que le peuple sénégalais parle par les urnes et non par les explosifs", a recommandé Mme Sirleaf aux femmes sénégalaises réunies au sein de la Plateforme de veille contre les violences électorales.


Elle s'est fait représenter par l'avocate Yvette Chesson à une réunion organisée par cette association de femmes, mardi à Dakar, en faveur de la paix.


Mme Chesson a délivré un message de paix et lancé un appel au calme à l'endroit des populations et des candidats engagés dans le processus électoral, pour "une élection apaisée et transparente".


"Lorsqu'on parle de passage pacifique du pouvoir politique, nous parlons du Sénégal. Et, quand nous parlons des présidents qui sont retournés dans la vie civile, nous pensons au Sénégal", a encore dit la représentante de Mme Sirleaf.


Ellen Johnson Sirleaf a, selon Mme Chesson, loué l'initiative des femmes pour la paix et promis d'apporter tout son soutien, en puisant dans l'expérience de son pays, la "situation room" surtout, une cellule de crise de veille et d'alerte, qui a permis de résoudre le conflit au Liberia.


Ce pays a connu plusieurs années de guerre civile, avant de retrouver la stabilité au milieu des années 2000, avec l'élection de Mme Sirleaf en 2006. Les Sénégalais élisent un président de la République dimanche. Les électeurs militaires et paramilitaires ont voté samedi et dimanche.


Quatorze candidats sont en lice. Parmi eux figurent le président sortant Abdoulaye Wade, Ousmane Tanor Dieng du Parti socialiste (PS) et les anciens Premiers ministres Moustapha Niasse, Macky Sall et Idrissa Seck.


Les violences ont éclaté depuis que le Conseil constitutionnel a validé la candidature d'Abdoulaye Wade, le 27 janvier. M. Wade a été élu président en 2000 et en 2007. Sa candidature est jugée inconstitutionnelle par l'opposition et des organisations civiles réunies au sein du Mouvement du 23-Juin (M23).


Une dizaine de civils et un policier ont été tués dans les manifestations contre sa candidature, à Dakar et dans d'autres villes.

 

Article: Agence de Presse Senegalaise

Retour à l'accueil