Les contes de Charles Perrault, des frères Grimm, de Léon Tolstoï et de Carlo Collodi seront bientôt traduits en malgache. L'initiative émane du linguiste Fetra Ramamonjy, à la tête de Vision actuelle qui travaille depuis quelques temps sur le projet. L'idée consiste à relancer les réflexions sur les enjeux culturels de la traduction et à faire du malgache une langue d'ouverture, de culture et de connaissances.

3-copie-5.jpg« L'idée est simple, jeter un pont entre les cultures. La traduction étant la clé de la compréhension de l'autre, nous nous sommes dits : pourquoi ne pas traduire les cultures étrangères pour faire du malgache une langue de développement », confie l'initiateur du projet.

Le linguiste évoque l'exemple japonais qui, dès le commencement de l'ère Meiji, a pratiqué la traduction en vue de la modernisation. Le Japon voulait constituer une nation moderne, civilisée, rivalisant avec les pays occidentaux. Pendant 40 ans, le grand projet de traductionnisme a permis à l'ancien empire du soleil levant d'avoir toute l'information par le moyen de la traduction.

 

Dictionnaire

« Deux mille mots se créent tous les jours dans le monde. Des néologismes dans différents domaines. On refuse la traduction. Par conséquent, la langue malgache s'appauvrit car dès qu'on touche à des domaines techniques, elle est en difficulté. Et pourtant, pour le Japon, la traduction a considérablement influencé la syntaxe», soutient Fetra Ramamonjy.

La traduction des contes n'est que le début du projet car la maison d'édition aligne déjà un certain nombre d'ouvrages sur sa liste. En particulier, des livres pour enfants afin de leur permettre de connaître la culture des autres. Mais les négociations sont en cours pour la traduction d'un roman populaire. Ainsi, Vision actuelle a déjà publiée des ouvrages comme Iza no iza et des périodiques comme Feeling ou encore Kitra.

« Nous travaillons également à la finalisation du dictionnaire malgache des sciences politiques. Un autre projet est en cours, le dictionnaire espagnol-malgache, mais nous nous consacrons surtout dans la traduction», conclut le premier responsable de Vision actuelle.


Source: L'Express de Madagascar

 

Retour à l'accueil