Les rythmes scolaires doivent aussi être revus dans le secondaire, a estimé vendredi l'UNL, le principal syndicat lycéen, qui dénonce "des journées à rallonge" après concertation des lycéens. L'UNL souhaite voir "une limitation légale de la journée à six heures de cours, une pause méridienne de 1 h 30 minimum ainsi qu'un temps libéré le soir pour faire du lycée un lieu de vie en plus d'un lieu d'études", a expliqué Victor Colombani, président de l'UNL, lors d'une conférence de presse, juste avant la remise du rapport sur la refondation de l'école.

http://www.ufe-washington.org/wp-content/uploads/2012/08/lyceen2.jpg

"Le statu quo sur les rythmes scolaires n'est plus possible dans le secondaire. Nous comprenons que l'accent soit mis sur le primaire, mais priorité ne veut pas dire exclusivité", a-t-il déclaré. "La question des journées trop longues est la priorité des lycéens, d'après un questionnaire que nous leur avons adressé", a indiqué Victor Colombani. Plus de 23 000 lycéens ont répondu à ce questionnaire intitulé "Donne ton avis pour changer le lycée", qui visait à recueillir leurs propositions pour un changement éducatif.

Par ailleurs, les lycéens ont également confirmé leur attachement au baccalauréat, mais ont soulevé l'injustice d'une épreuve couperet qui sanctionne en l'espace d'une semaine 15 ans de scolarité. Les lycéens souhaitent globalement que l'organisation et le contenu des épreuves soient revus pour prendre en compte des domaines plus larges et utiles dans la vie courante, affirme l'UNL. Le rapport sur la refondation de l'école, issu de deux mois de concertation, est remis vendredi au ministre de l'Éducation, Vincent Peillon, qui rendra ses premiers arbitrages dans une semaine, avant une loi.

Source: Le Point

 

Retour à l'accueil