Quelque 14 millions de Ghanéens sont appelés aux urnes ce vendredi 7 décembre 2012, pour élire 275 députés et leur président. C'est le sixième scrutin depuis l'avènement du multipartisme en 1992, dans un pays souvent présenté comme un modèle de démocratie et de développement en Afrique de l'Ouest.

http://fr.allafrica.com/download/pic/main/main/csiid/00230267:cf99c61cadda6dd8335ea7b05b30521c:arc614x376:w614:us1.jpgHuit candidats sont en course pour la présidentielle, mais tout devrait se jouer entre les candidats des deux principaux partis du pays : John Dramani Mahama, du NDC, au pouvoir, et Nana Akufo Addo, du NPP, passé à l'opposition lors de la dernière présidentielle il y a quatre ans.

Et pour la première fois, le Ghana utilise des listes biométriques, avec une machine qui permet de vérifier l'identité des électeurs à l'aide du code barre de leur carte électronique et de leur empreinte digitale.

Les réaction recueillies ce vendredi matin dans un bureau de vote de la capitale par notre envoyée spéciale témoignent de la confiance accordée par les électeurs et les électrices à l'utilisation de ce procédé technique.

Un homme : « À mon avis, c'est mieux que les vieilles méthodes, parce que cette fois personne ne pourra voter deux fois, avec le système biométrique. Si certains essaient de voter deux fois, la machine le verra ».

Un autre homme : « C'est la première fois qu'on expérimente ça... Je pense que ça va marcher, certains me disent qu'il y a des problèmes techniques dans d'autres bureaux, des difficultés à faire marcher la machine, mais quels que soient les problèmes, les agents de la commission électorale vont trouver une solution ».

Une femme : « Il y en aura toujours qui essaieront de tricher, mais avec le temps, on va s'améliorer. Peut être qu'il y aura des tensions, mais je pense qu'ici nous avons vu assez de violences autour de nous, en Côte d'Ivoire et ailleurs, donc je pense que personne ne voudra compromettre la paix que nous avons ».

Un homme : « On a déjà voté six fois et on doit montrer qu'on se respecte, vous savez on mange tous dans le même bol, on se comprend, on prie ensemble, alors j'ai confiance et on doit montrer l'exemple aux autres ».

Source: RFI

 

Retour à l'accueil