L'Union du peuple gabonais (UPG), un des deux principaux partis d'opposition, a annoncé mardi qu'une dizaine de ses candidats battus lors des législatives allaient déposer des recours auprès de la Cour constitutionnelle, accusant le pouvoir de "fraude massive". (Source: Radio Netherlands Worldwide)


 

L'UPG, qui disposait de 7 sièges lors de la précédente législature dominée également par le PDG, n'a obtenu aucun député.

"Les Gabonais dans leur ensemble ont été sidérés par l'ampleur de la fraude et ne porteront aucun crédit à ces résultats. Malgré cela, les vainqueurs se sont félicités de leurs exploits alors que plusieurs (députés) ont été élus avec moins de 8% du corps électoral", a déclaré M. Mbomba Nziengui. Le taux d'abstention du scrutin a été de 65,72% selon les chiffres officiels.

 

"Nous allons présenter des recours pour que la Cour constitutionnelle nous rétablisse dans nos droits", a-t-il ajouté précisant qu'une dizaine de candidats sur les 33 du parti comptaient déposer des recours.

 

Une partie de l'opposition a boycotté le scrutin, dénonçant l'absence de biométrie pour prévenir la fraude. L'UPG, dont le leader historique Pierre Mamboundou est décédé en octobre, a longtemps prôné la non-participation avant de s'engager tardivement dans la campagne électorale. - ANP/AFP

Retour à l'accueil