http://fr.allafrica.com/download/pic/main/main/csiid/00230698:09d4aa1e218bb6c729fd0e0c0e793ebd:arc614x376:w614:us1.jpgDOCUMENT

Photo: Primature burkinabè
Premier ministre burkinabè, Luc Adolphe Tiao

Nommé en avril 2011 pour mettre un terme à la crise sociale et militaire qui secouait alors le Burkina Faso, le Premier ministre burkinabè rend sa démission ce 27 décembre. Cette démission logique fait suite aux élections législatives du 2 décembre dernier au Burkina Faso et intervient à la veille de l'installation du nouveau Parlement. Voici le contenu de la lettre de démission que le chef du gouvernement adresse au président du Faso.

A son Excellence

Monsieur le président du Faso

Président du conseil des ministres

Ouagadougou

Objet: Démission du Gouvernement

Excellence Monsieur le président,

Le 02 décembre 2012, le peuple burkinabè a donné, à la faveur des élections couplées, son verdict en désignant ses représentants à l'Assemblée nationale.

Conformément aux dispositions de l'article 159 du Code électoral, la nouvelle Assemblée se réunit de plein droit, sept (7) jours après la proclamation des résultats par le Conseil Constitutionnel. En application des dispositions de l'article 162 alinéa 1 du règlement de l'Assemblée nationale, les élus de la Vème législature sont convoqués le vendredi 28 décembre 2012.

C'est donc au regard de ce qui précède que je viens très respectueusement rendre à Votre Excellence d'une part, ma démission de Premier ministre et d'autre part, celle du Gouvernement dont j'avais la responsabilité.

Excellence Monsieur le président du Faso, je voudrais et du fond du coeur, saisir l'opportunité que m'offre la présente pour présente pour vous exprimer mes très vifs remerciements et ma profonde gratitude pour la confiance accordée à ma personne en m'appelant à ce poste de responsabilité et vous redire mon entière disponibilité à toujours travailler à vos côtés pour un plein développement de notre très cher pays le Burkina Faso.

Vous redisant toute ma reconnaissance, je vous prie, Excellence Monsieur le Président du Faso, de croire en l'assurance de ma très haute déférente considération.

Beyon Luc Adolphe TIAO

Grand officier de l'Ordre national

 

Retour à l'accueil