« Le gouvernement congolais apprécie la nouvelle priorisation des thèmes qu'a abordés le président de la République française parce que les déclarations qui nous avaient quelque peu fâché mettaient en exergue des prétendus dysfonctionnement dont nous avons pu apporter la preuve », a réagi, jeudi 11 octobre, le porte-parole du gouvernement Lambert Mende aux propos de François Hollande. Le président français a accordé une interview à RFI, France 24 et TV5 Monde avant son premier voyage en Afrique où il va participer au XIVe sommet de la Francophonie le 13 octobre à Kinshasa.

http://www.slateafrique.com/sites/default/files/imagecache/article/2012-08-28_1639/francois_hollande_en_conference.jpg

« Le président lui-même a reconnu qu'il y avait des avancées significatives dont il n'avait pas tenu compte. Maintenant il met en priorité le problème qui nous préoccupe : l'agression de la RDC par le Rwanda », a déclaré Lambert Mende.

Dans une cconférence de presse commune avec le secrétaire général de l'Onu, mardi, à l'Elysée François Hollande avait déclaré que « la situation sur les plans des droits et de la démocratie était inacceptable en RDC ». Des propos mal perçus par Kinshasa.

Au cours de son interview de jeudi, François Hollande a déclaré aussi qu'il irait à Kinshasa parce que c'est un grand pays agressé à ses frontières. « Je n'accepte pas que les frontières de ce grand pays puissent être mises en cause par des agressions venant de l'extérieur », a souligné le chef de l'Etat français.

Concernant l'élection présidentielle et les législatives de novembre 2011, François Hollande a estimé qu' « elles n'ont pas été regardées comme étant complètement satisfaisantes »

A ce sujet, Lambert Mende affirme que « les élections de la RDC de 2011 n'ont pas été regardées comme s'étant déroulées dans les conditions satisfaisantes, mais je pense qu'il aurait pu ajouter [qu'elles] n'ont pas été regardées comme tel par certains qui se comportent comme des mauvais perdants », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

« Je veux donc, à chaque fois que je me déplace, qu'il y ait aussi la marque. Lorsque la France est là, qu'il doit y avoir des progrès en matière de démocratie », a déclaré François Hollande dans son interview.

Des propos que Lambert Mende réfute. « Quand il dit que quand la France se déplace, il faut qu'il y ait changement, non. Nous sommes des Etats souverains et la France n'a pas à nous dicter des changements », a rétorqué le porte-parole du gouvernement.

De son côté, le président du parti de l'opposition Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecide), Martin Fayulu, a dit soutenir la prise de position de François Hollande.

« Je suis totalement d'accord quand il dit qu'il faut respecter les interlocuteurs et dire la vérité. Nous avons suivi cet entretien et nous attendons voir ce qui va se passer après parce qu'il est entendu que les autorités qui gouvernent ce pays par défi ont toujours plusieurs tours dans leurs manches. Il n'y a aucun respect des engagements », a estimé Martin Fayulu.

Source: Allafrica.com

 

Retour à l'accueil