Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a prêté serment ce mardi 20 décembre à Kinshasa après sa réélection pour un second quinquennat, contestée par son principal opposant, Etienne Tshisekedi. Les chefs d'Etat africains et occidentaux ont brillé par leur absence, seul le Zimbabwéen Robert Mugabe avait fait le déplacement. (Source: RFI)


 

La cérémonie, à laquelle assistaient également quelques ambassadeurs de pays

occidentaux, s'est déroulée sur l'esplanade de la Cité de l'Union africaine, devant plusieurs milliers de gens. Dans la capitale, toujours sous haute surveillance des forces de l'ordre après des violences lors de l'annonce des résultats provisoires le 9 décembre, une dizaine de chars de la Garde républicaine étaient déployés, dont quatre devant le stade des Martyrs.

 

Myriam Asmani/MONUC

Joseph Kabila

 

Là même où Etienne Tshisekedi entend prêter serment « devant le peuple » vendredi prochain, depuis qu'il s'est autoproclamé « président élu » . Le leader de l'UDPS a catégoriquement rejeté les résultats de l'élection présidentielle du 28 novembre qui l'ont crédité de 32,33% des suffrages et attribué la victoire à Joseph Kabila avec 48,95%.

Ce mardi matin à Kinshasa, c'est Joseph Kabila, âgé de 40 ans, qui a prêté serment devant la Cour suprême de justice (CSJ) en jurant devant Dieu et la nation « de sauvegarder l'unité nationale, de ne (se) laisser guider que par l'intérêt général et le respect des droits de la personne humaine ».

Retour à l'accueil