A Brazzaville, une recrudescence des vols avec arme à feu et surtout, une montée des braquages inquiète la population depuis quelques mois. Les auteurs de ces méfaits seraient des hommes en uniformes, dont certains identifiés comme des policiers, accusent les habitants de la capitale. Mais Brazzaville n'est-elle pas tout simplement en train de solder les restes d'une guerre civile qui a ravagé le pays il y a treize ans ? (Source: RI)

 

« Ce braquage serait perpétré par le commissaire de police de la localité et ses agents, explique maître Ambroise Hervé Malonga. Curieusement, ce commissaire et ses agents, jusqu'à ce jour, n'ont pas été arrêtés ! Dans mon quartier à moi, il y a eu aussi un braquage. Nous avons eu aussi la preuve qu'effectivement, les braquages qui sont commis à Brazzaville sont faits par des hommes en tenue. Vous savez, aujourd'hui on a peur de vivre, maintenant, à Brazzaville. Tous les jours on vous parle de braquages ! ».

Pour le directeur de la police, François MNengue, Brazzaville est l'une des capitales les plus sures du continent : « Nous sommes dans une ville capitale, annonce le directeur de la police. C'est l'une des villes les plus sécurisées en Afrique centrale. C'est prouvé ! Les statistiques sont claires là-dessus. Quelques cambrioleurs par ci par là, des petits vols de rien du tout, il peut y en avoir. Mais parler de grands braquages, je dis non ! C'est archi-faux ! Nous préparons une opération, plutôt pour sécuriser de plus en plus Brazzaville, avec les fêtes de fin d'année. En dehors de cela, je vous assure que Brazzaville est calme, tranquille. Nous respirons l'air de la paix et de la sécurité. »

 

C'est dans cette ambiance que la capitale s'apprête à célébrer en fin de semaine, la proclamation de la République.

Retour à l'accueil