Communiqué de presse

http://www.rfi.fr/sites/filesrfi/imagecache/rfi_43_large/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/2012-03-05T220109Z_353410758_GM1E8360GV401_RTRMADP_3_CONGO-EXPLOSIONS_0.JPGGenève / Brazzaville — Après l'explosion d'un dépôt de munitions ce dimanche 4 mars à Brazzaville, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en coopération avec la Croix-Rouge congolaise poursuit ses efforts afin de soulager les populations frappées par cet accident.


La priorité est donnée à l'accès et à la sécurisation de la zone sinistrée et au rétablissement des liens familiaux, principalement pour les enfants séparés de leur famille.


« Un grand nombre de personnes sont dans une situation difficile. Des gens ont été grièvement blessés, d'autres n'ont plus de maison ou ne peuvent plus y retourner et d'autres encore n'ont plus de nouvelles de leurs proches, explique Bernard Metraux, chef de mission du CICR à Brazzaville. Pour répondre au plus pressé, notre équipe identifie les engins non explosés qui poseraient des risques aux structures de santé proches de la zone sinistrée. »


En vertu d'un accord passé avec le ministère de la Défense, une équipe du CICR spécialisée dans la neutralisation des engins non explosés est arrivée avant-hier à Brazzaville. En coopération avec d'autres organisations, elle participe aux opérations de nettoyage et de sécurisation. Cette action d'urgence vise à réduire le plus rapidement possible le risque pour les personnes qui rentreraient chez elles et à permettre un accès sécurisé aux secouristes.


« Le CICR et les volontaires de la Croix-Rouge congolaise identifient les enfants qui auraient perdu leurs famille, ceux qui sont recherchés par leurs proches, ainsi que les personnes seules et en situation de vulnérabilité comme les personnes âgées ayant besoin d'assistance. Aujourd'hui, les photos et les noms des enfants qui ont perdu leur famille ou sont recherchés commencent à être affichés dans la ville », précise Bernard Metraux


Le CICR soutient les autorités locales pour la gestion des corps des personnes tuées dans l'explosion, afin notamment que les familles puissent connaîtrent le sort de leurs proches. Le CICR a également distribué des médicaments et du matériel aux centres de santé situés à proximité des sites d'accueil provisoires.


L'action du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en réponse à la catastrophe est menée en coordination avec l'ensemble de ses composantes présentes en République du Congo (Croix-Rouge congolaise, CICR, Fédération Internationale, Croix-Rouge française).

 

Source: Croix Rouge - Geneve

Retour à l'accueil