De violents combats ont encore eu lieu dans la journée ce vendredi 28 décembre en République centrafricaine. La ville de Bambari a été assiégée par les forces armées régulières.

http://www.sangonet.com/afriqg/PAFF/Dic/actuC/ActuC6/rca-afp_birao.jpgEt ce soir, un accord a été trouvé pour l'ouverture de négociations entre Bangui et la rébellion de la Seleka. La situation est calme actuellement à Bangui. Paris a néanmoins décidé de renforcer ses troupes sur place. Cent cinquante parachutistes français sont arrivés dans la capitale centrafricaine.

Ces 150 militaires se trouvaient jusque-là en mission à Libreville au Gabon. Ils ont été envoyés à Bangui jeudi soir 27 décembre pour renforcer les 250 militaires français déjà présents dans la capitale centrafricaine.

Le 26 décembre, il y a eu des manifestations anti-françaises à Bangui. Paris a donc décidé de renforcer la sécurité de l'ambassade avec une section d'infanterie, soit une trentaine d'hommes, une dizaine de commandos et un véhicule de protection. Une dizaine de militaires ont aussi été déployés au lieu-dit des « 17 villas » où vivent de nombreux Français.

Les 150 hommes qui viennent d'arriver resteront, eux, basés à l'aéroport de Bangui. « Il s'agit d'une mesure de précaution, explique-t-on au ministère français de la Défense, pour faire face à une éventuelle évacuation ». Evacuation qui n'a pas été décidée, précise de son côté le Quai d'Orsay, « aucune instruction n'a été donnée ce sens ».

Le dispositif doit être prêt au cas où, explique-t-on à Paris. D'autant que la France serait, en plus des 800 Français présents, chargée de prendre en charge, si la situation se détériorait, d'autres ressortissants européens.

« Nous ne sommes pas inquiets, résume un officiel français. La situation à Bangui s'est plutôt améliorée, mais nous devons rester vigilants ».

Source: RFI

 

Retour à l'accueil