Au terme des quatre jours de travaux de la deuxième rencontre internationale sur la planification familiale de Dakar, le ministre Ethiopien de la Santé a interpellé directement les dirigeants africains en les invitant à rompre avec le diktat des pays donateurs. « L'Afrique qui a tant souffert dans le passé n'a plus de temps à perdre à tenter des expériences pilotes », a-t-il plaidé avant de demander avec force la mise en place des stratégies de santé de reproduction qui collent parfaitement aux réalités africaines. Le message a été délivré devant 2000 participants venus d'horizons divers et en présence du Premier ministre du Sénégal Souleymane, Néné Ndiaye. (Source: Sud Quotidien)

 

http://www.routard.com/images_contenu/partir/destination/senegal/carte/senegalpop.gif

 

Les rideaux sont tombés vendredi dernier sur la deuxième conférence internationale consacrée à la planification familiale. La cérémonie de clôture des travaux qui ont mobilisé pendant quatre jours activistes, scientifiques, chercheurs et représentants de différents pays et en présence du Premier ministre Souleymane Néné Ndiaye, a été une occasion pour le ministre de la Santé de l'Ethiopie de monter au créneau pour fustiger le diktat des pays donateurs en matière de santé.

Le pays doit ces performances à la formation des agents communautaires et des infirmiers chargés de la sensibilisation des familles dans les zones rurales comme urbaines sur la planification familiale. C'est ainsi que 34 000 agents de santé ont été formés et déployés dans les zones communautaires en quatre ans. Sans compter la création de 1000 postes de santé en 5 ans, entre autres, stratégies internes qui ont permis à l'Ethiopie pays d'être sur la voie d'inverser la tendance. Il a surtout insisté sur le partenariat pour accroître les ressources humaines.

 

Avant ce plaidoyer fort apprécié des participants, d'autres défenseurs de la planification familiale en Afrique, la représentante de l'Inde, le représentant des chercheurs, et autres orateurs sont montés également au créneau pour rappeler les défis qui les interpellent pour l'atteinte des Omd en matière de la Planification familiale.

 

Le Premier ministre Souleymane Néné a, pour sa part soutenu que le Sénégal s'engagera dans cette bataille par un meilleur financement de la santé de la reproduction pour une meilleure santé de la femme et de l'enfant.

Retour à l'accueil