Le Bénin abrite du 23 au 25 Mai prochain à Cotonou, la 7ème conférence internationale consacrée aux technologies de l’information et de la communication (Tic) appliquées au développement, à l’enseignement et à la formation, « eLearning Africa 2012». C’est l’objet d’une conférence de presse présidée hier, par le ministre béninois en charge de la communication et des Tic, Barthélémy Max Ahouèkè dans les locaux du cabinet du ministère à Cotonou.

 

http://www.elearning-africa.com/eLA_Newsportal/wp-content/uploads/Benin-Map-Overview-300x300.png


Plusieurs centaines d’experts des technologies de l’information et de la communication (Tic), du développement, de l’éducation et de la formation en provenance de plus de 80 pays de divers continents sont attendus au Bénin, du 23 au 25 Mai 2012. C’est l’annonce faite hier, jeudi 16 février 2012 par le ministre Barthélémy Max Ahouèkè. C’était à la faveur d’une conférence de presse tenue à la salle de point de presse de son cabinet ministériel. Ils y sont attendus dans le cadre de la 7ème conférence internationale consacrée aux Tic appliquées au développement, à l’enseignement et à la formation, « eLearning Africa 2012». Fruit d’un partenariat entre le ministère et le « eLearning Africa ».


Placé cette année sous le thème «eLearning et développement durable», eLearning Africa, est un rendez-vous international où sont exposées des solutions technologiques astucieuses, innovantes et entièrement tournées vers l’éducation. C’est, aux dires de l’organisatrice internationale de l’événement, Rébecca Stromeyer, le lieu où des experts exposent des solutions aux problèmes de développement, d’éducation et de formation d’une part et comment les Tic font avancer la cause de l’éducation en Afrique. C’est à travers plusieurs activités dont ateliers d’information et de formation, expositions, et sessions de débats sur des sous-thèmes en rapport avec les réalités sociales, économiques, culturelles du Bénin.

«Dans le domaine du eLearning Africa, le partage des connaissances, l’apprentissage par la pratique ainsi que le suivi et l’évaluation continue sont développés ces dernières années et commencent par montrer les signes d’une pratiques en progrès», confie le ministre Ahouèkè.
L’événement, au-delà de la visibilité qu’il offre au Bénin, lui permet de relever les défis relatifs à l’éducation, à la formation et au développement durable dans tous les domaines en général, explique le ministre Ahouèkè. Dans les 6 pays africains ayant déjà accueilli l’événement, c’est un tas de nouveaux projets qui sont nés, témoignent, l’expert Harold Elletson. Mieux, le pays a la chance de décrocher sur place des partenariats pour le financement de ces projets. De même, les entreprises privées pourront aussi nouer des relations internationales à l’occasion.

Retour à l'accueil